kAnOp-ArT


…afin de stopper le monde,
juillet 30, 2007, 5:17
Filed under: Une approche chamanique ...

Tout l’enseignement des sorciers amène à « stopper le monde », c’est-à-dire arrêter le dialogue intérieur. Dans « le monde stoppé », la représentation partielle n’a plus cours: c’est donc la totalité qui jaillit et la totalité du monde est appréhendée par la totalité de l’être.

« Stopper le monde » c’est arrêter de le « faire », c’est-à dire de le fabriquer sans cesse en se parlant à soi-même, en se disant toujours ce que sont les choses.

Ainsi par rapport au monde immédiat, notre perception est toujours en défaut. Nous ne sommes que perception. Les choses ne sont comme nous les croyons que parce que nous les croyons comme nous les pensons. Le monde se conforme à la description que donne notre pensée: la « foi » nous fait défendre notre représentation et nous donne le sentiment érroné de « vérité » : ce qui constitue notre « faire ».

« Ce rocher, dit Don Juan, est rocher à cause du faire. Faire est ce qui rend ce rocher rocher et ce buisson buisson. Ainsi, le monde est le monde parce que tu connais le « faire » impliqué en le rendant tel. Sans ce « faire » , rien ne serait plus familier pour nous. »

Voir : les enseignements d’un sorcier yaqui, Carlos Castañeda, p.

 

« Faire » implique une série d’éléments qui permettent son fonctionnement. Si un élément vient à faire défaut, le « faire » s’écroule. C’est pourquoi la raison, et dans la société, des hommes spécialisés à la raison « infaillible », prennent grand soin de conserver tous les éléments en état de marche. Une faille, et le « faire » créateur de la structure, s’écroule. Cela s’appelle folie pour l’homme ordinaire.

 

Le « faire » est alors un « faisceau de sentiments » qui s’assemble toujours suivant le même mode. La raison ne fait que reproduire un ordre extérieur dont elle ne sait rien; un ensemble de sentiments qu’elle ne fait que décrire, et ses « explications » sont forcément inadéquates, car la raison n’a pas elle-même de raison.

 

C’est par conséquent détruire le primat de la raison en se référant au corps, au « Sentiments »qui dit ce que sont les choses bien mieux que la raison ; c’est par conséquent faire écrouler la notion de « vérité » comme critère suprême.

Publicités

Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :