kAnOp-ArT


Les plus grands de tous les êtres vivants,
mai 14, 2007, 9:42
Filed under: Tome 2

Les arbres sont les plus grands êtres vivants que la Terre ait jamais portés. Ils établissent leur canopée à 35-45 mètres de haut, mais certains d’entre eux atteignent 50-60 mètres, parfois d’avantage. Quand on parle de hauteur d’arbres, cela ne concerne que la partie émergeant du sol.

Les lianes quant à elles sont beaucoup plus longues que ne le sont les arbres les plus haut puisqu’elles peuvent atteindre 300 mètres de longueur, voir pour certaines familles les 1000 mètres.

 

Contrairement aux animaux, les plantes, dit Mark Moffett, nous semblent immobiles mais il serait naïf de croire qu’elle le sont réellement et nous devrions plutôt refuser cet anthropocentrisme qui nous empêche de voir au delà de notre échelle de temps habituelle. Imaginons une grande forêt tropicale, sombre et silencieuse mais grouillante de vies multiples; au travers d’un air saturé d’humidité, une colonne de lumière indique le trou dans la canopée laissé par la chute d’un grand arbre, et à hauteur d’homme, d’ innombrables jeunes arbres et lianes sont en pleine croissance.

Les éléments mobiles de ce tableau, sont les animaux, quelques insectes, quelques oiseaux… Cependant, les plantes semblent immobiles , et pourtant en s’appliquant il est possible de voir la croissance spirale d’une liane vigoureuse, dont la vitesse est celle de la grande aiguille d’une montre.

 

Imaginons qu’il nous soit possible de multiplier par cent la vitesse d’écoulement/perceptions du temps. Ainsi 1minute de ce temps correspond à un peu moins de deux heures du temps habituel. Les déplacements des animaux sont maintenant trop rapide pour être perçu nettement alors que les mouvements des plantes, en réalité leur croissance, sont évidents. C’est à vue d’oeil que les tiges poussent vers le ciel, que les jeunes feuilles s’ouvrent et que les lianes s’enroulent autour des troncs. Le schéma décrit reste encore assez paisible.

 

Multiplions encore par cent la vitesse de l’écoulement du temps : une minute d’observation correspond alors environ à huit jours. Les animaux ne sont plus que de brefs scintillements et ce qui bouge maintenant ce ne sont plus que les plantes. On perçoit aisément la vigueur avec laquelle elles s’élancent vers la lumière, vers la canopée. Il est fascinant de percevoir la compétition qui les opposent les unes aux autres : cette lutte pour la croissance, pour la survie.

Prenons, l’exemple du figuier étrangleur. Ses racines se soudent en réseau et se referment lentement sur l’arbre support. Tandis que la croissance devient ainsi une vaste source de mouvements majestueux, les fleurs et les fruits évoluent trop vite pour être perçus autrement que sous la forme brefs éclairs de couleurs : la sexualité des plantes partagent l’échelle de temps des animaux et la nôtre.

Encore une accélération par cent: notre minute d’observation correspond maintenant à 2 ans. Les animaux ont complètement disparu, effacé par leur mobilité. Le mouvement des plantes, s’il reste assez calme dans le sous-bois, tend à devenir quelque peu frénétique dans les strates hautes, les plus éclairées, en contact avec la canopée. Les lianes se battent en une sorte de féroce fourmillement, s’affaissant avec leurs arbres supports puis repartant vers le haut comme des flèches.

Une dernière accélération et notre minute couvre maintenant deux siècles. A son tour, le mouvement des plantes devient trop rapide pour être clairement perçu, ce qui apparaît alors, c’est l’écologie de la forêt en action. Le figuier étrangle son support et s’effondre.

 

 

Le fait que les arbres aient une architecture coloniaire entraîne une bien curieuse conséquence, qui reste pour l’instant totalement inexpliquée, la « timidité des cimes ».

Publicités

Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :