kAnOp-ArT


Génétique,
mai 14, 2007, 11:48
Filed under: Tome 2

Quel est la place qu’occupe les arbres parmi les autres êtres vivants ?

Le génome c’est la somme des informations relatives au développement d’un organisme – de l’oeuf à l’adulte – et à son fonctionnement d’un bout à l’autre de sa vie. Il n’y a rien de plus fondamental que le génome pour un organisme. Cependant cette définition gagne toutefois à être modulée selon que l’organisme est un animal ou une plante. Chez l’animal – rat, phoques, papillons ou l’être humain – le génome est stable dans l’espace et le temps. La stabilité spatiale fait que quelque soit la cellule concernée ( du pied ou les neurones du cerveau), il s’agit du même génome. Le foetus que nous avons été et le vieillard que nous serons disposent aussi du même génome. C’est la stabilité temporelle. Cette double stabilité est le résultat d’un système immunitaire qui élimine toutes cellules dont le génome, par suite d’une mutation, ne serait pas conforme à la norme habituelle.

La stabilité spatiotemporelle du génome est LA règle, chez l’animal.

Les plantes ne semblent pas soumises à cette règle; les arbres auraient des génomes dépourvus de stabilité spatiotemporelle, car leurs cellules embryonnaires, pour la plupart situées au niveau de la canopée, reçoivent une irradiation UV mutagène et qu’ils ne disposent pas de véritable système immunitaire. Il faut percevoir la plante autrement que sous l’aspect d’une individualité. La notion d’individu ne s’applique pas aux plantes. Celles-ci sont potentiellement une et multiples. Elles sont ensembles de nombreuses plantes potentielles et non pas des êtres uniques individuels.

Cette découverte assez récente de la botanique laissent entrevoir la possibilité que ces êtres multiples perçus par les chamansla possibilité que ces êtres multiples perçus par les chamans lors de leurs visions seraient une perception défocalisée, voire personnalisée pour le chaman de la diversité génétique intra-plante. Effectivement, les chamans reconnaissent pour une seule et même plante, la présence de nombreux esprits. Pour certaines d’entre elles, il est possible de dénombrer ainsi des esprits respectifs pour les racines, d’autres pour les feuilles et les écorces etc.

Advertisements

2 commentaires so far
Laisser un commentaire

Bravo pour ta réflexion sur ce sujet qui me semble important et préocupant: l’utilisation des plantes a toujours été prépondérente pour l’homme et indispensable pour sa survie. Si je suis bien ton raisonnement les plantes permettraient aux chamans de « devenir » plus des plantes eux même?

Commentaire par freefly

Merci pour les commentaires dubano ! Et franchement continue, je me ferai un plaisir de te repondre.
Ca remet en question l’égocentrisme de l’homme concernant la suprématie de son espèce sur tous les êtres vivants.
Ce qui me parait important dans cet article, c’est de montrer qu’une fois de plus et sur le domaine génétique les végétaux sont les êtres vivants les plus « riches ». Dépourvu de stabilité spatio-temporelle du génome, ils sont donc capable de se modifier plus facilement et plus rapidement afin de s’adapter au mieux a leur support: la terre. La nature est une partie intégrante du système que l’on appelle « gaïa » ( la terre est comparée à un organisme vivant auto-régulateur capable de s’adapter, de se modifier afin de repondre à ses besoins)Je vais poster un article dessus d’ici demain.
En ce qui concerne les chamans, c’est leur capacité à « voir » qui m’intéresse. C’est-à-dire que leur rapport à l’essence même de la vie leur permet de percevoir et de voir à un autre degré ce celui que nous connaissons, il s’agit d’une seconde perception de notre réalité.
Avant même que les recherches scientifiques permettent d’affirmer la présence de différents génomes au sein d’un végétal, les chamans, eux, dont la science remonte à plus de 15000 ans, percevaient déjà cet être multiple.
Mais surtout si on suit le processus, on se rend compte que cette modification et multiplication du génome se fait au niveau de la canopée. Cette couche est comparable à un interface de transformation. Si l’homme atteignait se niveau quelles seraient les modifications sur son espèces ?

Commentaire par berenge




Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :